ENTREVUE

Dr. E. Todd Scheyer

Dr. E. Todd SCHEYER

Le Dr Todd Scheyer exerce une pratique privée spécialisée dans les domaines de la parodontie et de la dentisterie reconstructive par implants à Houston, Texas et agit à titre de partenaire / directeur du Perio Health Clinical Research Center. Il a obtenu son diplôme de médecine dentaire avec grande distinction du Medical College of Virginia de la Virginia Commonwealth University, a obtenu son certificat en parodontie et en sédation consciente de la UTHSCSA et sa maîtrise en sciences de la University of Texas Health and Science Center School of Biomedical Science in San Antonio. Dr Scheyer a été récipiendaire du prix John F. Prichard en recherche de cycle supérieur, du prix annuel de la American Academy of Periodontology pour ses travaux de recherche en parodontologie et du prix R. Earl Robinson de la régénération parodontale de la American Academy of Periodontology. Il est médecin agrégé du Conseil américain de parodontologie. 

Résultats axés sur la confiance – et les données scientifiques à l'appui

Dr E. Todd Scheyer accorde une très grande valeur aux preuves scientifiques ainsi qu'aux résultats cliniques. Bien qu'il soit chercheur, il est avant tout un clinicien qui se fie aux données à long terme pour s'assurer que les matériaux et protocoles qu'il utilise l'aideront à obtenir de bons résultats pour ses patients.

Nous avons profité de l'occasion pour en apprendre davantage sur les résultats d'une étude récemment publiée dans le Journal of Periodontology par les docteurs McGuire, Scheyer et Nunn dont le but était d'évaluer des défauts de récession traités avec un lambeau d'avancement coronaire combiné à un dérivé de la matrice amélaire ou à du tissu conjonctif; comparaison des paramètres cliniques après 10 ans. Voici ce que Dr Scheyer a partagé avec nous.

Pouvez-vous nous parler davantage des principales conclusions de cette étude et de leur signification pour les cliniciens et leurs patients?

En matière d'implants, de nombreuses études présentent des résultats à 1 an, 3 ans, 5 ans et même plus mais quand il s'agit de thérapies régénératives, les analyses sur 6 mois à 1 an sont plus courantes. Cet article a significativement changé l'orientation des études sur 6 mois ou 1 an dans le domaine de la parodontologie. Une étude prospective bien contrôlée réalisée dans un cabinet privé aux données démographiques réalistes affichant des résultats sur 10 ans a beaucoup plus d'impact et de signification. La recherche clinique est déjà une exigence de notre profession mais nous devons comprendre que les données à long terme sont critiques – ce type de preuves doit nous être fourni sur une base régulière.

Quand avez-vous essayé Straumann® Emdogain™ pour la première fois? Comment décririez-vous votre expérience de ce produit?

À la fin des années 1990, j'étais parmi le premier groupe de résidents américains à travailler avec Straumann Emdogain. J'ai même fait ma thèse sur Emdogain, sous le mentorat du Dr Jim Mellonig. Mon étude consistait à examiner Emdogain afin de déterminer si un médiateur biologique pouvait exercer une influence clinique sur ce que nous avions vu jusqu'à ce jour au niveau des défauts parodontaux traités avec des greffes osseuses seulement. Il ne faisait aucun doute qu'il y avait amélioration de la cicatrisation des plaies une semaine après et 6 mois après par comparaison avec un témoin positif. Nous avons publié deux articles à ce moment là et avions la certitude qu'il s'agissait là d'efforts initiaux notables en ce qui avait trait à l'évaluation des médiateurs biologiques dans un contexte clinique de traitement de défauts parodontaux.

Parlez-nous de vos résultats.

L'obtention de bons résultats ne se fait pas sans une préparation méticuleuse accompagnée d'une réelle motivation de la part du patient à changer ses comportements vis-vis l'hygiène buccale. Si les questions systémiques ne sont pas sous contrôle, je collabore avec leur médecin et retarde leur chirurgie jusqu'à ce que leur situation se stabilise. Après l'intervention, je vois les patients à 1 semaine, 4 semaines et 6 à 8 semaines. Certains dentistes traitants préfèrent faire alterner les visites de traitement parodontal et de suivi alors que d'autres, non. Il est important d'utiliser un diagramme de processus pour bien planifier ce qui s'en vient.

Lorsque j'ai commencé ma carrière en parodontologie, ça a pris un certain temps avant que l'on adopte le recouvrement radiculaire et les techniques alternatives aux greffes de tissu conjonctif (CTG). Les parodontistes voulaient avoir plus de preuves et examiner différentes applications de différents matériaux. Avec la CTG, l'observation clinique et les études ont montré des résultats améliorés.  À mesure que les données histologiques et à long terme concernant Emdogain* devenaient disponibles, nous avons remarqué une différence. Comparativement aux autres produits, nous ne faisions pas qu'injecter un facteur de croissance ou une membrane, nous étions en train d'introduire un médiateur biologique qui comportait de nombreux avantages et mécanismes d'action. Cette découverte a grandement contribué aux concepts de génie tissulaire.

Nous avons été témoins des effets d'Emdogain dès ses balbutiements dans le domaine de la parodontologie et je considère toujours ce produit comme le modèle par excellence dans ma pratique – et les données à long terme récemment publiées me donnent raison. Nous continuerons d'utiliser Emdogain puisque sans aucun doute, cela nous aidera à atteindre les résultats que nous visons.

*En combinaison avec le lambeau d'avancement coronaire (CAF)