Un plan d’épargne pour plus de confiance

Sarah B., 57 ans, conseillère fiscale*

« Mon problème ? La parodontite. Il y a deux ans, je n’avais que trois de mes dents naturelles supérieures. La solution ? Trois racines dentaires artificielles de chaque côté de la mâchoire supérieure qui soutiendraient un bridge rigide de 12 dents. Je ne m’inquiétais pas de l’intensité de la douleur une fois l’implant inséré, mais bien sûr, ce fut difficile.

Pendant la période où je portais des prothèses provisoires, j’ai souvent eu peur qu’elles sortent devant un client et tombent dans mon assiette, ou bien qu’elles aillent au fond de ma bouche. J’ai deux cents clients et je ne peux, par conséquent, pas me permettre de me sentir mal à l’aise. Pour moi, la solution avec implants était nécessaire d’un point de vue médical ainsi que pour mon bien-être général.

Je voulais une fixation solide, la sécurité et le sentiment de ne pas avoir à me demander si je pouvais parler, rire ou manger sans avoir un « accident ».

De plus, mon mari a cinq ans de moins que moi, je veux donc me sentir séduisante et à l’aise. J’ai par conséquent opté, en toute conscience, pour des prothèses fixes. Il y a dix ans, j’ai décidé de ne pas prendre d’assurance complémentaire et, à la place, j’ai investi de l’argent dans des actions tous les mois – que j’ai ensuite utilisé pour m’acheter une petite part de bonheur personnel. Peu après, j’ai ouvert un nouveau plan d’épargne, en prévision de la future pose d’implants dans ma mâchoire inférieure. »

Mon problème ? La parodontite.


* Ces extraits de témoignages de patients peuvent ne pas refléter votre propre expérience avec le traitement par implant dentaire. Il est possible que ces résultats ne soient pas représentatifs de toutes les poses d’implant et qu’ils ne soient pas valables pour l’ensemble des patients. Pour connaître les risques potentiels associés au traitement par implant dentaire, veuillez consulter un professionnel en soins dentaires et vous reporter à la partie Questions fréquentes.